Ouest France : les bénéfices de l’hypnose médicale en oncologie

Ouest France : les bénéfices de l’hypnose médicale en oncologie

Pour accompagner une anesthésie locale ou pour soigner certaines pathologies, comme en dermatologie, la pratique de l’hypnose se développe, au centre hospitalier du Mans.

Pour traiter un cancer, une chimiothérapie nécessite la pose d’une chambre implantable. Un petit boîtier placé sous la clavicule. C’est par là que sont injectés les produits qui vont lutter contre les cellules cancéreuses.Sa mise en place demande une intervention chirurgicale, sous anesthésie locale.

« C’est un moment difficile pour les malades, confie l’infirmière anesthésiste Laurence Laplaud, avant d’entrer au bloc. Cette intervention se pratique quelques jours seulement après le diagnostic, les personnes ne sont donc pas encore dans une phase d’acception. C’est à ce moment-là que la maladie devient concrète. » Stress, peur, et même colère sont des sentiments souvent ressentis et exprimés.

Un réveil plus confortable

Ce jour-là, il s’agit de l’ablation de la chambre. Synonyme de rémission. Mais cette dame a souhaité être hypnotisée. « Je ne voulais pas revivre cette opération seulement sous anesthésie locale, dira-t-elle après l’intervention. J’étais très angoissée la première fois. Et l’hypnose m’a beaucoup aidée pendant ma chimiothérapie. »Le travail de l’infirmière commence. D’une voix douce, posée, presque rythmée, elle emmène la patiente sur une plage. Un lieu de bien-être pour elle. Ses yeux se ferment. Les produits anesthésiques font leur effet, le chirurgien peut commencer. Laurence Laplaud ne cessera de parler, guidant la transe hypnotique.Beaucoup d’avantages

L’intervention ne dure qu’une vingtaine de minutes. « On essaie de faire le moins de bruit possible et nos gestes sont un peu plus lents, explique le chirurgien Louis-Xavier Droullé. Ça ne change en rien nos techniques. Mais pour le patient, l’hypnose procure beaucoup d’avantages, comme un réveil plus confortable, et ils peuvent rentrer chez eux plus rapidement. »En effet, l’hypnose améliore les suites postopératoires, grâce à l’absence de stress et à un corps détendu, qui limite notamment le risque de saignements.

En chirurgie, l’hypnose peut éviter l’anesthésie générale, qui comporte toujours des risques. Comme lors d’une intervention sur la thyroïde. Une anesthésie locale est moins impactante pour le corps, les volumes de produits sont diminués, les personnes se remettent donc beaucoup plus vite. Des atouts qui collent parfaitement avec le principe de chirurgie ambulatoire et le circuit court.

L’hypnose ericksonienne

Le Dr Hervé Maillard, chef de service de dermatologie au centre hospitalier du Mans, a totalement intégré l’hypnose dans ses techniques de soins. « En milieu médical, on pratique l’hypnose ericksonienne (1). Le but est de mobiliser les expériences et souvenirs du patient, en le mettant en état de transe. Rien à voir avec ce que l’on voit à la télé. L’idée n’est pas d’imposer une volonté, mais de guider au travers de suggestions. »

L’hypnose conversationnelle

Il faut distinguer l’hypnose conversationnelle et la transe profonde. La première permet un détournement de l’attention par les mots, pour faciliter un acte. « Je la pratique très régulièrement, sur des interventions douloureuses, qui ne nécessitent pas ou ne peuvent se faire sous anesthésie. » C’est le premier degré de la « dissociation, phénomène où l’esprit se détache du corps ». Une nouvelle forme de langage, pour ne pas induire d’inquiétude.

Conscience modifiée

Mais certaines pathologies poussent le Dr Maillard à mettre en transe profonde son patient, c’est-à-dire en état de conscience modifié. « Pour traiter l’hypersudation des mains, nous réalisons soixante injections de toxines botuliques à chaque main. On ne peut utiliser de produits anesthésiants, c’est donc très douloureux. Avec l’hypnose, on arrive à suggérer une anesthésie complète de la main ! »

(1) Milton Hyland Erickson (1901-1980) était un psychiatre et psychologue américain qui a joué un rôle important dans le renouvellement de l’hypnose clinique et a consacré de nombreux travaux à l’hypnose thérapeutique.

Publié le 07/05/2018 par OUEST FRANCE et écrit par Guillaume SAUZER

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/le-mans

Share this :