Ouest France : L’hypnose en IRM

Ouest France : L’hypnose en IRM

À la clinique Saint-Martin, deux opérateurs en radiologie ont été formés à la communication thérapeutique et à l’hypnose. De quoi aider les patients à surmonter leurs angoisses de l’examen.

Clinique Saint-Martin mardi. Jacques (prénom d’emprunt) est venu passer une IRM. C’est la deuxième fois qu’il tente de le faire. À ses côtés Benoît, opérateur radiologue formé à l’hypnose. Il aide les patients angoissés à l’idée de passer l’IRM à dépasser leur peur.

Jacques est allongé sur le chariot qui doit ensuite glisser vers l’anneau central de l’IRM. Benoît commence par lui parler pour l’apaiser. Il lui demande ce qu’il aime dans la vie. Benoît prend le temps avant de débuter la séance d’hypnose : « Vous serez toujours conscient », le rassure-t-il. Le patient pratique la respiration abdominale. Celle-ci devient moins saccadée et plus tranquille. L’opérateur tente alors une avancée du chariot. Arrête à mi-parcours. Jacques panique. Benoît l’aide à se calmer. Il fait encore une deuxième tentative. Jacques, se retrouve la tête dans l’anneau, pose sa main au-dessus de lui et demande à sortir de là. Malgré le savoir-faire et la patience de Benoît, Jacques ne peut pas. Il est transféré au scanner.

« J’ai suivi une formation de communication thérapeutique plus une formation d’hypnose et douleur aiguë », explique Benoît. « La communication permet de créer l’alliance avec le patient nécessaire à l’hypnose : il faut que la personne soit motivée, coopérative et confiante ». Il précise aussi que l’hypnose n’est pas une finalité « mais un outil en plus pour aider le patient à se remettre dans une conscience positive et ne plus penser au stress de sa maladie, à la peur de l’appareil etc. ». Il sait aussi que certaines personnes sont plus réceptives que d’autres.

À la clinique Saint-Martin, deux opérateurs en radiologie ont été formés à la communication thérapeutique et à l’hypnose. De quoi aider les patients à surmonter leurs angoisses de l’examen.

Clinique Saint-Martin mardi. Jacques (prénom d’emprunt) est venu passer une IRM. C’est la deuxième fois qu’il tente de le faire. À ses côtés Benoît, opérateur radiologue formé à l’hypnose. Il aide les patients angoissés à l’idée de passer l’IRM à dépasser leur peur.

Jacques est allongé sur le chariot qui doit ensuite glisser vers l’anneau central de l’IRM. Benoît commence par lui parler pour l’apaiser. Il lui demande ce qu’il aime dans la vie. Benoît prend le temps avant de débuter la séance d’hypnose : « Vous serez toujours conscient », le rassure-t-il. Le patient pratique la respiration abdominale. Celle-ci devient moins saccadée et plus tranquille. L’opérateur tente alors une avancée du chariot. Arrête à mi-parcours. Jacques panique. Benoît l’aide à se calmer. Il fait encore une deuxième tentative. Jacques, se retrouve la tête dans l’anneau, pose sa main au-dessus de lui et demande à sortir de là. Malgré le savoir-faire et la patience de Benoît, Jacques ne peut pas. Il est transféré au scanner.

« J’ai suivi une formation de communication thérapeutique plus une formation d’hypnose et douleur aiguë », explique Benoît. « La communication permet de créer l’alliance avec le patient nécessaire à l’hypnose : il faut que la personne soit motivée, coopérative et confiante ». Il précise aussi que l’hypnose n’est pas une finalité « mais un outil en plus pour aider le patient à se remettre dans une conscience positive et ne plus penser au stress de sa maladie, à la peur de l’appareil etc. ». Il sait aussi que certaines personnes sont plus réceptives que d’autres.

« Cela m’a aidé »

C’est au tour de la patiente suivante. Patricia vient de Trouville. Elle entre dans la salle de l’IRM. Benoît lui fait faire le tour de l’appareil. Il plaisante avec elle pour la détendre. Elle se place sur le chariot. Benoît discute avec Patricia, lui demande ce qu’elle apprécie dans la vie. Il débute une séance d’hypnose. La voix est douce et chaleureuse. Elle se détend. Dans sa main, Benoît dispose une poire bouton qu’elle peut actionner si elle souhaite arrêter l’examen. Le chariot s’avance. Benoît rejoint aussitôt la salle de commande de l’IRM. Il continue à lui parler doucement via le micro tout en réalisant les images nécessaires à l’examen de la patiente.

Patricia sort détendue. « J’ai déjà passé une IRM, mais je suis claustrophobe, c’est compliqué à chaque fois ». Quand elle a pris rendez-vous, elle a expliqué sa peur au secrétariat qui lui a proposé une séance d’hypnose avant l’IRM. « Je me suis dit pourquoi pas. Après ça marche ou pas selon les personnes ». Mais le fait qu’il « me parle m’a déjà rassurée. Et comme il parle presque tout le temps c’est bien ». Elle regrette juste que le son dans le casque « ne soit pas assez fort. Mais cela m’a vraiment aidé ».

Publié le 26/10/2017 par OUEST FRANCE et écrit par Nathalie TRAVADON

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-seance-d-hypnose-pour-aider-les-patients-passer-une-irm-5340345

Share this :