Pour former ou pour soigner, les usages de la réalité virtuelle en santé se multiplient

Pour former ou pour soigner, les usages de la réalité virtuelle en santé se multiplient

PARIS, LAS VEGAS (Nevada) (TICsanté) – Les usages des technologies de réalité virtuelle se multiplient dans les établissements de santé pour former les professionnels, améliorer la gestion de la douleur chez les patients, ou traiter certaines pathologies, comme en témoignent plusieurs représentants hospitaliers et start-up du secteur interrogés par TICsanté.

Récompensée par un Innovation Award lors de l’édition 2019 du Consumer Electronics Show (CES), qui s’est tenu du 8 au 11 janvier à Las Vegas, la start-up française HypnoVR a constaté l’attrait de plus en en plus important des structures de soins pour la réalité virtuelle (virtual reality en anglais, ou VR).

La jeune pousse propose aux médecins libéraux et aux établissements de santé une offre logicielle de “scénarios” à diffuser dans un casque de réalité virtuelle, contenant un univers visuel en trois dimensions, un thème musical et un “texte hypnotique” lu par une voix masculine ou féminine.

Interrogé par TICsanté à l’occasion du CES, Denis Graff, président co-fondateur de l’entreprise et anesthésiste à la clinique Rhéna de Strasbourg, a expliqué que la réalité virtuelle “joue sur la composante cognitive, affective et émotionnelle” de la douleur.

Il a souligné qu’elle permettait dans certains cas d’éviter une anesthésie générale, et de lui préférer une anesthésie locale avec un casque de réalité virtuelle, citant les exemples de la chirurgie dentaire ou de la mise en place des cycles de chimiothérapie.

Commercialisé depuis octobre 2018, les logiciels d’HypnoVR sont déjà “largement utilisés” dans dix services du CHU de Strasbourg, a indiqué Denis Graff. Plusieurs autres établissements, publics comme privés, sont en phase d’essai du dispositif, comme les hôpitaux Tenon et Paul-Brousse (Paris, AP-HP), l’Institut Curie, et l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine.

La diffusion rapide de cette technologie s’explique en partie par sa “mise en œuvre facile” pour les équipes hospitalières, et par le temps qu’elle permet de gagner en comparaison à une séance d’hypnose plus classique en anesthésie, le patient étant autonome pendant toute la durée de l’immersion en réalité virtuelle, a noté Denis Graff.

Article complet : https://www.ticsante.com/story/4446/pour-former-ou-pour-soigner-les-usages-de-la-realite-virtuelle-en%C2%A0sante-se%C2%A0multiplient.html

Publié le  par Le TIC Santé

Share this :
En haut